mercredi 15 août 2018

PETIT CASSE TÊTE CHINOIS

Chers visiteurs, 
il se trouve parmi vous des personnes qui pratiquent la calligraphie chinoise, d'autres qui la pratiquent et l'enseignent , d'autres aussi qui écrivent cette langue......
J'ai donc eu l'idée de vous proposer ce petit jeu, suite à des rangements dans ma bibliothèque, où j'ai retrouvé ce matin le magnifique volume photographié ci dessous  :
"Le pavillon des orchidées - l'art de l'écriture en Chine". dont le bandeau de couverture est constitué d'une reproduction du texte célèbre de Wang Xizhi : la Préface au recueil du pavillon des orchidées.*

voici le jeu : (petit conseil : ou vous vous procurez l'original, ou vous faites un tirage sur papier pour jouer !)
au travers de ce document que j'ai du scinder en deux, afin qu'il reste lisible, sauriez vous repérer et décompter les innombrables caractères 之 (zhī) disséminés dans le texte ? 
Bien sure, le Maitre, en pleine phase créative, a varié les tracés, ce qui ne facilite pas les choses, mais n'arrêtera pas les pros !
Pour les autres, et pour vous faciliter les choses, je joins un extrait de dictionnaire calligraphique.....où l'on propose différentes interprétations de ce caractère ..... lesquelles  proviennent de calligraphes divers mais qui ont fait leurs preuves.......

 Le texte dans son entier:


Le texte  se lit de haut en bas et ensuite par colonnes, de droite à gauche...... Bon courage, et n'y perdez pas votre latin !
Partie de droite :
suite : partie de gauche :
Note : vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir......
Quant à la traduction, il existe diverses versions. Celle que j'ai est de Jacques Pimpaneau, dans son Anthologie de la littérature chinoise classique. Arles, 2004 - p301 à 303.
* SI VOUS VOULEZ LA REFERENCE, DEMANDEZ LA MOI. IL Y A BEAUCOUP D'AUTEURS.......

dimanche 5 août 2018

TRIBULATIONS INFORMATIQUES.....

Chers visiteurs, je ne sais pas ce qui se passe, mais j'ai quelques soucis en ce moment entre mon "bel ordinateur " tout neuf et internet......
Ainsi, il s'est trouvé dernièrement qu'un post que j'avais saisi sur ce blog s'est retrouvé affiché sur un autre, que je gère aussi. Pourtant il n'y avait aucune raison pour que cela se produise puisque j'avais rédigé sur celui-ci ! 
Cela a provoqué un quiproquo fort désagréable, dont je ne suis pas le moins du monde responsable, et qui m'a bien agacée......
J'espère donc que cette fois ci, ce message restera bien en place, ici : c'est un test !  

Mais passons au propos du jour......
Comme vous le voyez ci dessous, je n'ai pas abandonné le pinceau, et dans la fraîcheur de la maison, je continue mes apprentissages !
Quelques études prises dans la pile.... juillet 2018
Poeme de Zhang ji - je m'ancre la nuit au pont des érables -

Je voulais aujourd'hui parler un peu d'apprentissage calligraphique. En effet, il y a longtemps que je n'ai rien posté sur ce sujet,......

Ce matin, je regardais des calligraphes chinois sur Youtube. Ceux ci  présentaient des tutoriels où ils calligraphiaient sous les yeux de la camera ! J'ai cru comprendre qu'il y avait un soucis pédagogique dans leur présentation....... cependant, déployant une grande virtuosité, pour la plupart, ils déversaient un flot continu de paroles..... en chinois, bien entendu, et sans sous titrage aucun !......

Cela m'a quelque peu consternée, car le silence est d'or en matière de pratique calligraphique,  du moins pour la mienne, les critiques "constructives" venant ensuite devant l'oeuvre accomplie.
Autre exercice récent en grand format. .....

Quelle est donc l'utilité de ces  "tuto" ? Sont ils là  pour expliquer ? ou pour "épater" ?
 Dans ce cas précis, et pour des étrangers ne possédant pas courrament la langue, je les trouve esthétiques, certes, mais hélas, ils ne m'apportent rien......! Et vous, qu'en pensez vous ?

Quant au poème de Zhang Ji, 
voici une traduction bien surprenante !
tirée du livre : 
Poèmes chinois de la dynastie des Tang
édite par China International Press. 
Traduction de XU Yuanchong


La Cloche à minuit.

Lune couchée, il gèle et le corbeau tressaille :
Les feux éclairent mal l'érable au bord de l'eau.
Au temple du Mont Froid au delà des murailles
La cloche à minuit m'éveille seul en bateau.

Sinologues avertis, je vous laisse juges !

dimanche 29 juillet 2018

JEANNE BARRET, LA PREMIÈRE FEMME A AVOIR FAIT LE TOUR DU MONDE, AU XVIIIE SIECLE, .... ET LES HORTENSIAS…….



Cela commence à Toulon sur Arroux, dans une petite bourgade du Charolais où j'ai découvert de magnifiques parterres d'hortensias.... 


Figurez vous qu’un jeune médecin vient s’installer dans ce lieu où il épouse Antoinette Vivante Beau. Il en est vivement épris, mais il a d’autres passions, et la plus grande, la plus “dévorante “ est celle de la botanique….. Cet homme, c’est Philibert Commerson. 

Sa vie, assez courte (45 ans) est un véritable roman…… Je passerai ce chapitre  car un article fort documenté pourra satisfaire largement votre curiosité, sur Wikipedia, où figure la carte de leurs parcours, dressée par Jeffdelonge.
Ce qu’il faut savoir, c’est que sa jeune épouse meurt très vite, pendant ses premières couches, laissant à son époux inconsolable un bébé en bas âge. Et c’est là que notre héroïne entre en scène.

Jeanne Barret, d’origine très modeste, va être choisie pour s’occuper du Nourrisson. Elle est vive, intelligente et surtout très curieuse des travaux botanique que mène son employeur. Tellement, qu’elle va s’y intéresser et devenir l’aide incontournable de celui-ci tout aux long des années qu’ils vont désormais partager. Les Toulonnais voient d’un très mauvais oeil cette liaison illégitime, d’autant qu’arrive un enfant. L’enfant est confié à son oncle, et la jeune femme se retrouve libre d’accompagner le botaniste dans ses recherches et dans ses déplacements.
Leurs goût de la découverte va pousser  le couple à partir pour Paris, et c’est là que les choses soudain se précipitent. 
Le 26 octobre 1766, Le Roi Louis XV “donne instructions au Sieur de Bougainville de restituer les îles Malouines aux Espagnols et de passer le détroit de Magellan pour effectuer un tour du monde. Les deux vaisseaux envoyés (la boudeuse et l’étoile)  iront « à la Chine », en reconnaissant au passage les terres intéressantes”. Le voyage doit durer deux ans.
Et voilà notre médecin (qui entre temps avait enseigné la jeune femme, et prouvé ses capacités aux décideurs) est choisi pour cette ambassade.. Il va donc accompagner Bougainville en lui apportant , sur le terrain et tout au long du voyage, ses grandes compétences. 
photo de Wikipedia

A cette époque, les femmes n’étaient pas admises sur les longs voyages maritimes. Qu’à cela ne tienne, Jeanne  va se déguiser en marin, se faire passer pour l’indispensable valet de Commerson, et “c’est embarqué”, à ses risques et périls bien sûre, car elle aura la vie rude  !
L’affaire est découverte 6 ans plus tard, à Tahiti, mais les qualités de son travail sont telles qu’elle sera autorisée à poursuivre ses activités au près de son compagnon.
Le couple quitta Bougainville en 1768, mais continua ses missions  du coté de Madagascar jusqu’en 1773; date de la mort du botaniste. 

Un an plus tard, mariée à un soldat périgourdin, notre héroïne rentrera en France où elle livrera au “Jardin du Roi”, actuellement, devenu le “jardin des plantes”, une quarantaine de caisses et leurs milliers de plantes, parmi lesquelles, le Bougainvillier brésilien et l’hortensia indonésien.

Le nom de ce dernier nous dit une plaque apposée sur la place de Toulon sur Arroux, serait emprunté à la personne à qui la fleur  fut dédiée : soit à Nicole-Reine Lepaute que Commerson rencontra dans ses salons parisiens, lieu qui lui permit de se faire connaitre, soit, disent d’autres, à Hortense de Nasseau. 

Pour ma part, j’ai pris ces quelques photos sur les parterres de Toulon sur Arroux et je me suis réglée Des yeux ! 
Photos MSG prises à Toulon sur Arroux en pays Charolais.

mardi 17 juillet 2018

UN PETIT TOUR PAR LA CITADELLE DE BESANÇON......

La forteresse de Besançon, oeuvre de Vauban, fête les 10 ans de son inscription, par l’UNESCO, au patrimoine Mondial  de l’Humanité.
Ce fut l’occasion, dernièrement, de lui rendre une nouvelle visite !
Depuis le mur d'enceinte, la citadelle coté Besançon -A gauche, en avant poste, les batteries qui abritaient les canons.
(cliquez sur les photos pour les agrandir)
 Quel endroit majestueux. La citadelle, surplombe la boucle du Doubs. Elle est parfaitement inscrite dans le paysage, et j’ai du mal à croire ce que je prends pour un pur et simple canular, le fait qu’on prêterait au maire actuel de Dijon, l’idée de la transplanter sur le mont Afrique, au dessus du lac Kir !
Soyons sérieux, même si Vauban (Sébastien le Pestre Vauban est d’origine morvandelle, donc bourguignonne.  S’il débuta ses études au collège de Semur en Auxois - et si sa demeure principale est dans la Nièvre, (château de Bazoche) sont oeuvre  de défense gigantesque  n’a de sens que là où elle a été construite, c’est à dire, sur le littoral français  et sur les frontières du royaume de Louis XIV ! La forteresse de Besançon en est un exemple ! Mais ce n’est pas le plus « beau » de mon point de vue ! Qu’importe, il fallait avant tout que cette architecture de défense  soit efficace !
Voyez plutôt le site ! Le mur d'enceinte domine le Doubs, et de l'autre coté se trouve la ville à défendre.
La boucle du Doubs face à la forteresse. MSG

A l’intérieur de ce lieu, deux centres d’’intérêt permanents : dans les bâtiments, les musées, et en extérieur :  le Conservatoire zoologique d’espèces fort rares et en voie de disparition, telles que le lion d’Asie et le tigre de Sibérie, que vous découvrez ci dessous.
Photo MSG

Photo Th Brun, aimablement prêtée.

Pour ce qui est des musées, celui qui m’a le plus interpelée, c’est celui de la « Résistance ». Abondamment fourni en documents et photos d’époque, il est fort didactique, et je vous avoue que j’ai eu plus d’une fois le coeur serré, en y découvrant de visu des choses  insoutenables……. Je serai donc soft pour les images car il faut se déplacer pour voir, entendre, lire…… et surtout ne pas oublier…….. 


Pour ma part, des résonances lointaines sont encore bien présentes, que j’ai du sentir fortement de la part des adultes qui m’entouraient, car nous habitions en France occupée et sur la ligne de démarcation. Depuis la grève, nous avions  les rives de la France « libre »   de l’autre coté de la Loire, devant nos yeux.
La Loire a Digoin : elle servait de ligne de démarcation. durant la dernière guerre.
Pour clore la visite du site,  de façon ludique, outre les beaux concerts qui y sont donnés régulièrement, allez faire un tour du coté du bassin des carpes coï, c'est une féérie..... habituées aux visiteurs, elles viennent à vous avec grâce ! quel ballet !
Photo ASB aimablement prêtée

jeudi 12 juillet 2018

À SAINT SEINE L'ABBAYE (21440) LE CONTREJOUR EN CONTREPLONGÉE DE CETTE PHOTO CRÉE L'INSOLITE.....

MSG - photo non libre de droit.
Un visiteur de l'exposition a émis l'idée que j'avais
 créé cette photo  au moyen de photoshop. 
Pas du tout ! c'est une photo "naturelle". 
J'ai juste mis une légère accentuation et l'ai entourée du  cadre ! (ce qui entrait dans "le contrat".)
C'est l'occasion de revenir, comme je l'ai fait quelques posts plus haut,  sur les conditions  de sa prise de vue. En effet, sur la place Carnot, à Beaune, la grande sculpture de bronze (3,40m),  oeuvre de  Bruno Catalano, était particulièrement difficile à prendre en photo, ce jour là. De couleurs assez neutres, elle était entourée de toutes sortes d'éléments étrangers à sa lecture : manège, promeneurs, arbres, poubelles et j'en passe comme en témoignent ces deux clichés pris le même jour et au même endroit.



En fin d'après midi, le ciel  nuageux et  blanc n'arrangeait rien......J'ai tenté quelques prises de vues de l'ensemble, mais les éléments environnants polluaient sa lecture. Je n'ai donc pas eu d'autre choix que de la prendre à contre jour et en contre plongée..... 
Il en résulte que : 
La sculpture est mise en valeur et qu'il en émane un mystère qui entre  bien dans le thème de la Photo insolite.
A voir, avec beaucoup d'autres, à l'Office de Tourisme de Saint-Seine l'Abbaye
du ler juillet au 16. septembre (sauf lundi et jeudi) 
10h à 12h30
15 h à 18h30
mail : tourisme@cc-forets-seine-suzon.fr
tel 03 80 35 00 44
Note : on ne présente plus le sculpteur Bruno Catalano qui a disséminé a travers le monde ses étranges "voyageurs".
Vous trouverez son site sur le net.
Mes 14 camarades présentent aussi de très curieuses images..... C'est l'occasion de poser des questions sur la genèse de celles qui vous intrigueront.

lundi 25 juin 2018

L'ATELIER DE NADINE MOREL A FONTAINE LÈS DIJON - 21121

Ces quelques photos que Nadine Morel m'a autorisée à faire, me permettent de rendre hommage à la plasticienne pour sa qualité de travail exceptionnelle.
Dans cet atelier où les arts plastiques sont rois, s'expriment les  petits, les ados mais aussi les adultes......
 Les problématiques sont variées, les résultats frisent la perfection.

.... de quelle cartographie celeste surgissent ces voies lactées peuplées de signaux lumineux et d'étoiles.......



... Ici, la salle d'accueil de l'exposition........ 
à la galerie "La Source"
 Cela se passe à Fontaine lès Dijon en Côte d'Or.
Tous renseignements sur le site de la mairie.

Je visite presque tous les ans ces expositions et j'y prends, chaque fois,  beaucoup de plaisir......
Toutes les photos des travaux sur plusieurs années, sur son site :



lundi 18 juin 2018

HUMOUR ENTRE CHINOIS ET FRANÇAIS : ATTENTION, TERRAIN MINÉ !


Je suis perçue, parmi mes amis français, comme étant dotée d’un bonne dose d’humour et d’auto-dérision. et pourtant........

Je me rends compte que cet exercice  est quasiment  impraticable avec certains amis chinois ! Et vice versa !

Récemment, pour tenter de comprendre un "raté", j’ai ressorti mon manuel de Anne Laure Montfret  édité chez Dunod :

et j’ai ouvert  le chapitre HUMOUR !


On nous explique que l’ironie (la notre)  est souvent perçue chez les chinois comme une critique ! Oui, vous avez bien lu ! une critique !
Ce qui équivaut à "perdre la face !
Donc ne cherchez pas à ironiser : vous ne serez pas perçu(e) comme drôle”, ni même comme  “taquin(e)” . L’ironie à la française ne passe pas du tout et votre boutade a de fortes chances d’ être prise pour une  “censure” ! a plus forte raison si vous ne connaissez pas la personne de longue date !
........et , même si vous pensez la connaîtres, ce n’est hélas pas gagné !

Là où, nous français, nous  ne voyons que gentille boutade, “mise en boite”, comme on dit chez nous...... nous risquons de nous embourber.....en face d'un asiatique,  dans un échange particulièrement compliqué, voir même, au pire,  de nous brouiller .

J'ajouterai que nos “amis chinois”,  eux aussi, peuvent nous faire 'perdre la face' assez facilement, en se croyant très drôles,  et sans même s’en rendre compte ! Mais nous avons le tact de ne pas leur faire remarquer......de plus,  n'attendez pas des excuses ! 

J’ai  ainsi subi, l’été dernier, durant le mois d’aout, un  traitement "à la chinoise" (sans doute  "chinoisement " humoristique) qui m’a laissé un très mauvais souvenir !...... cela ressemblait vraiment à du “foutage de gueule !” (excusez la crudité du terme) 
je ne m’étendrais pas dessus..... mais le gout en reste amer !

L’auteure du livre nous dit encore que l’humour chinois s’appuie souvent sur des quiproquos, notamment dans la prononciation identique de certains mots, par rapport à une situation x, provoquant un contresens humoristique...... mais c’est trop long à expliquer ici. Lisez plutôt ce manuel.

Humour  avec vos amis chinois : à utiliser avec parcimonie...... et je n'ai pas abordé la question du rire....... qui est aussi un point "épineux" !

A part ça, restez ZEN ! N’oubliez pas que “la vie est un longue fleuve tranquille !.....
 c’est un bon  antidote !
"